Curtis, chien tueur? Une exposition revient sur la mort tragique d'Elisa Pilarski

Une enquête Ligne rouge diffusée sur BFMTV revient sur les différentes contradictions de Christophe Ellul concernant l'entraînement de Curtis, le pitbull au début de la mort d'Isalisa Pilarski. Un cas pour lequel nous attendons toujours des réponses.

Curtis, chien tueur? Lundi 4 janvier, BFMTV a publié une enquête Red Line sur le cas d'Élisa Pilarski, qui sera en ligne. Rappel des événements: le 16 novembre 2019, dans la forêt de Retz, dans l'Aisne, cette jeune femme enceinte est décédée sous les morsures de Curtis, le noyau de son partenaire Christophe Ellul, qu'elle marchait à l'époque. Le propriétaire du chien, une espèce dont la possession est interdite en France, a nié à plusieurs reprises l'implication de Curtis. Cependant, les preuves montrent maintenant le contraire.

Une marche catastrophique

Le jour du drame, isalisa emmène donc Curtis seul pour une promenade. «Le début de la promenade se fait sur un chemin assez difficile à gravir, car la pente est assez sérieuse, surtout pour une jeune femme enceinte. Il est fort probable qu'à partir de ce moment, au début de la promenade, Alissa rencontre des difficultés avec son chien», explique le journaliste Fabrice Alves-Teixeira. Vers 13h19, la victime a appelé Christophe Ellul, en danger. Ce dernier monte dans sa voiture pour la retrouver. Il racontera ensuite aux villageois l'histoire de leur appel: «Elle m'a dit qu'il y avait beaucoup de chiens, que Curtis tirait la laisse, qu'elle avait été mordue au bras et à la jambe. Je lui ai dit de laisser le chien s'échapper. défendu. Il criait beaucoup, c'était des cris de douleur. "

En chemin, l'homme tente de rappeler son partenaire, mais oublie de contacter les services d'urgence. Il arrive là, à la recherche d'Alice et du chien, puis la scène macabre apparaît sous ses yeux. «Quand je me suis penché pour regarder où était Curtis, pour moi, il était allongé à côté d'un tronc d'arbre, allongé. J'ai donc décidé de descendre la falaise pour le chercher. Plus je me rapprochais, plus je me rapprochais. J'ai remarqué que ce n'était pas un tronc d'arbre. C'est le ventre de ma femme qui a été exposé car elle était complètement déshabilléeChristophe Ellul a témoigné sur BFMTV quelques jours après l'impensable. J'ai pris la laisse de Curtis, je suis descendu vers Elissa, j'ai laissé la laisse pour m'occuper d'elle. Il est mangé partout. Elle avait plus de cheveux, son visage était coupé. "

Lire aussi: La compagne d'Elisa Pilarski, prête à tout pour sauver son chien, Curtis, menacé d'euthanasie

La trace du colis s'estompe

Isalisa est décédée d'une hémorragie après avoir été mordue par un ou plusieurs chiens, selon le rapport d'autopsie. Pour Christophe Ellul, ce drame n'a pas été causé par son chien: "J'ai vu au moins trente chiens à côté de mon chien", Il dit. Le jour de la promenade, une chasse au chien a eu lieu dans la forêt de Retz. Cependant, un seul ADN se trouve dans le corps d'Isalisa Pilarski: c'est celui de Curtis. De plus, l'examen des dents du chien peut correspondre aux marques trouvées sur le cadavre, et non à celles de la horde. L'animal n'aide pas non plus son cas dans le reste du processus. Situé dans un refuge à Beauvais, il attaque un bénévole. Résultat: quinze points et deux mois de réduction. Comme nous le rappelle BFMTV, la nature, l'origine et la trajectoire du chien deviennent des éléments clés de la recherche.

Curtis, un chien interdit en France

La recherche révèle que "Christophe Ellul est dans le circuit canin depuis cinq ans", mais d'un type spécifique, celui des jeux interdits sur le territoire français. Fait intéressant, les papiers de Curtis ne disent pas «pit-bull», mais un croisement entre un Patterdale Terrier et un Beagle Whippet. "De toute évidence, il a menti sur sa race de chien", explique le vétérinaire Christian Diaz, auteur du rapport d'expert. Les journalistes qui ont repéré l'animal voyageant entre la Picardie, la Belgique et les Pays-Bas affirment que Christophe Ellul a acheté Curtis le 16 février 2018, dans un élevage spécialisé aux Pays-Bas où le pitbull "a droit à la citoyenneté". Mais selon Alexandre Novion, l'avocat de Christophe Ellul a été interrogé lors du dernier reportage "Il n'est pas vétérinaire. Il a acheté le chien à l'âge de trois mois. Avec les documents qui lui ont été remis, il n'aurait pas dû connaître l'origine de ce chien, il n'aurait pas dû en douter. Une origine qui apparaît sur les papiers."

Cependant, un proche du couple fait confiance: «Nous savions la vérité, nous ne savions pas qu'il s'agissait de faux papiers, mais nous savions que c'étaient de vrais taureaux. "Tout le monde dans le cercle immédiat le savait." Un message privé publié sur les réseaux sociaux par Christophe Ellul confirme ce problème de course: "Drago et Curtis sont de vrais taureaux, leurs origines sont conçues pour faire des chiens de combat, des machines de guerre au combat", il écrit. Pour Christian Diaz, "ce chien ne peut pas se contrôler, quand il mord rien ne peut l'arrêter, y compris la classe. Quand il arrête de mordre, c'est pour mordre autre chose. La chasse pourrait donc déranger le chien, qui se serait alors retourné contre la jeune femme, estime le vétérinaire.
Un deuxième avis a été demandé à l'avocat de Christophe Ellul. "Le meurtre résultant d'une attaque de chien est passible de cinq ans de prison et d'une amende de 75 000 euros. La détention d'un chien interdit peut être une circonstance aggravante.", se souvient BFMTV. L'affaire ne semble pas prête à se terminer.