Kaor. Les abris pour animaux dépassent de leur langue

Kaor. Les abris pour animaux dépassent de leur langue

Comme partout, pandémie et contention ont affecté les structures d'accueil des animaux. Le Refuge canin lotois au Montat, présidé par Virginia Paschall, est resté ouvert au public dans le respect des règles sanitaires, mais aucune visite au refuge n'a été possible sans rendez-vous. "Cet hiver est terrible. Nous sommes complètement saturés d'abandon. Nous avons 23 chiens là-bas, 6 en livres, 2 dans des familles d'accueil", a déclaré Virginia. Habituellement, le refuge ne compte pas moins de 20 chiens. «Avec Covid, nous avons moins de bénévoles, une cinquantaine viennent les promener régulièrement. Ils sont merveilleux», poursuit le président.

De nombreux événements ont dû être annulés

Le refuge fait généralement partie de la Cadurcienne, qui a été annulée cette année. "Heureusement, nous avons fait deux sorties, la dernière en octobre au Mont Saint-Cyr."

En plus de la restriction, il y a le froid de l'hiver. "Nous avons deux boîtes chauffées et nous recevons beaucoup de dons de couvertures. Dans chaque boîte, il y a un panier dans lequel nous plaçons les couvertures pour isoler les chiens du ciment froid."

Pour y remédier, le refuge a récemment mis en place un système de parrainage. «Le parrainage permet de faire un don à un chien dans le refuge. Il est possible de soutenir de nombreux animaux et un chien peut avoir plusieurs sponsors», explique Virginie. soins, nourriture. »Par exemple, un don de 5 euros permet un traitement contre les puces et les tiques. 20 € pour nourrir un chien pendant un mois. Les dons reçus sont éligibles à une déduction fiscale.

A Castelnaud-Montratier, le refuge "La Mère aux bêtes" fondé par Danielle Diczy accueille les chiens, mais pas seulement. Danielle a travaillé dans le domaine humanitaire. «Je me suis laissé piéger avec les animaux, glisse-t-il avec le sourire. Actuellement, j'ai 18 chiens, chats et de nombreuses demandes de stérilisation. Mais je ne suis pas une petite association, je n'ai ni bénévoles ni familles d'accueil, dit-il. "Avec des restrictions, il n'y a pas eu de vide-grenier au profit de son association et donc pas de cash flow, mais je reste optimiste."

Daniel est parti après être entré dans des maisons de retraite par des personnes âgées qui ne pouvaient plus s'occuper de leurs animaux de compagnie. Danielle fait don de couvertures et de croquettes.

Patrick Adry, responsable du Quercy Animal Welfare Partnership à Figeac, dirige une structure qui abrite une quarantaine de chiens et une quarantaine de chats. "Nous avons fermé le refuge pendant la contention, des agents du Grand Figeac sont intervenus pour la nourriture et le traitement. Nous n'avons eu aucun abandon et nous continuons l'adoption", a-t-il dit.