Le maître-chien se souvient d'un autre chien

Le gend. Brad Bates fait ses adieux à Baylee, le chien policier avec qui il a travaillé pendant un quart de sa carrière de 27 ans à la GRC. Baylee est décédée en septembre après un voyage plein de sourires et de travail décisif.

Née en novembre 2009, Baylee a excellé depuis son enfance comme entraîneure à l'établissement de la GRC à Innisfail, en Alberta. Elle a développé ses compétences et a ensuite publié en Nouvelle-Écosse, où le gend. Bates, qui avait besoin d'un nouveau compagnon de chien

À la fin de juillet 2011, Baylee a achevé son programme de mise en liberté avec l'aide du gend. Bates est officiellement devenu le 880e chien policier de l'histoire de la GRC.

Bons instincts

Au travail, Baylee était célèbre pour son sens intense et sa vigueur sans fin. Il avait la capacité de savoir quand poursuivre un suspect ou rechercher une personne disparue.

" C'était vraiment un être flexible, dit le gend. Bates. Elle pouvait arrêter quelqu'un sans abuser de son pouvoir, et aussi être sociable et vivante lorsqu'elle se rendait aux écoles et aux manifestations publiques. "

Le gend. Bates rappelle un cas particulier de pauses automatiques. Sur scène, Baylee a senti et suivi les traces du suspect quand, changeant soudainement de posture, elle a disparu au coin de la rue. Lorsque le maître-chien l'a trouvé, il s'est léché le visage en fuyant – un comportement inhabituel pour un chien policier.

Le gend. Bates s'est rendu compte que le jeune homme avait un handicap mental, ce que Baylee a immédiatement remarqué. Cette nuit-là, Baylee a eu une réaction plutôt opposée à la recherche d'un homme soupçonné de violence domestique.

" Elle semblait capable de percevoir les différences entre les personnes », Explique la gendarmerie.

En plus de ses activités régulières, Baylee a assisté à de grandes manifestations et participé à des opérations de recherche et de détection d'explosifs pour visiter des hauts fonctionnaires et des membres de la famille royale.

À la suite de la capture de Moncton en 2014, la GRC a recherché le suspect et Baylee était, dans l'obscurité, en tête. La police craignait que le suspect ne les repère avant qu'ils ne puissent le trouver – mais cela n'était pas basé sur Baylee, qui, détectant ce qu'ils ne pouvaient pas voir, a aboyé violemment. Peu de temps après, le groupe a entendu le suspect crier pour se rendre.

Semi-retraite

En 2018, après sept ans de service, ayant participé à plus de 3100 interventions et parcouru 424 kilomètres sur 385 sentiers, Baylee, à l'âge de neuf ans, deux ans de plus que le chien policier moyen, a pris sa retraite.

En même temps, le gend. Bates a accepté une place à la Depot Division RCMP Academy à Regina, SK et Baylee l'a suivi comme animal de compagnie.

Même après avoir marché six kilomètres par jour, Baylee était pleine d'énergie et voulait bouger.

" Son départ était plutôt une semi-retraite, dit le gend. Bates. Une fois toutes les deux semaines, je l'ai amené avec moi pour faire une présentation aux étudiants du programme canin. "

Le duo a démontré ses compétences, aidé à la recherche grâce à des scénarios d'exercices et a participé à des costumes en organisant des séances avec des étudiants.

Les bâtons que les élèves lâchaient en chemin, Baylee les trouva rapidement, enfouis dans le sable ou la neige. Elle en a découvert sept au cours de ses deux années dans le département Dépôt.

Baylee était l'amie de nombreux étudiants qui ont dû se séparer de leur partenaire à fourrure pendant l'entraînement. J'aimais beaucoup les voir, elle remuait toujours la queue et elle aimait les serrer dans ses bras.

" En dehors du travail, il s'est comporté comme un animal de compagnie parfait, explique le gendarme. Bates. Détendue, elle s'est assise sur le canapé à regarder le match de hockey avec moi.

Affaiblie par une insuffisance rénale chronique, Baylee est décédée paisiblement le 3 septembre 2020. Son départ nous laisse le cœur lourd, mais plein de doux souvenirs. Il serait onze heures le 1er novembre.