Un mois après la mutilation, Orléanaise Justine Legrand réapprend à marcher

Un mois après la mutilation, Orléanaise Justine Legrand réapprend à marcher

Quel long chemin à parcourir pendant un mois! Les décimales ressemblent à des miles ici, et les miles à des années-lumière là-bas.
Bien que deux ou trois pas en arrière, aussi aux jours de grand mal, Justine Legrand a réalisé d'importants progrès depuis le 14 janvier. le jour de l'amputation de sa jambe gauche inférieure. Le premier jour du reste de sa vie. sa nouvelle vie.

Depuis, la jeune femme a quitté Tours et l'hôpital Trousseau pour La Chapelle-Saint-Mesmin. proche de sa famille à Orléans. et encore plus proche de ceux qui lui apprendront à marcher à nouveau. Elle a subi une restauration à Coteau, à La Chapelle-Saint-Mesmin. Une envie particulière la motive: cette jeune cavalière d'Orléans est désormais déterminée à disputer les Jeux Paralympiques de 2024 à Paris et à remporter une médaille cheval.

Dépêchez-vous tout droit!

Justine Legrand a repris son logement, et plus encore, au Centre de réadaptation Coteau. Dans son fauteuil roulant, elle marche dans les allées, silhouette élancée avec casquette grise des Yankees et chemisier noir Un style de vie incroyable. Les angles plus ou moins droits n'ont pas d'importance: foncez vers le suivant. Demain. Le surlendemain. 2024, les Jeux paralympiques. le concours de dressage de chevaux; le piédestal; Marseillaise … C'est un design magnifique et énorme.

Elle était encore très loin de ça, Justin, quand nous avons été autorisés à lui rendre visite. Le nouveau manchon (flexible) enroulé autour du moignon se cache comme il montre le chemin à parcourir . «Immédiatement, je me suis sentie en harmonie avec mon corps. Elle trouve sa cicatrice très belle. fait également confiance à la sensation de froid à sa place. «Il faut remodeler le cerveau», glisse-t-il. Je suis tombé il y a presque quelques jours. J'oubliais que je n'avais pas d'autres jambes! "

Du léger au sérieux

Justine alterne léger et sérieux. "Étonnamment, je me sens privilégié d'en faire l'expérience. Je pense que ça sortira plus grand que ça. encore plus changé … »Chez Coteau, c'est« en réparation ». Le corps? le cerveau, un peu aussi.

"Étonnamment, je me sens privilégié d'en faire l'expérience. Je pense que ça sortira plus grand que ça. ça a changé encore plus … "

Justin Legrand (Amazone)

Tout la réconforte. Les soignants, qui donnent tant, aux petits soins, ainsi qu'aux plus âgés. et d'autres patients. «Tout le monde est un héros.Moi, à 37 ans, j'ai un projet. Je n'ai aucune valeur. Je suis dans une suite logique. "Beaucoup de gens s'interrogent sur lui. Ils sont surpris de son âge, et plus encore de son histoire." Accident de moto? Avec la voiture? Scooter? Alors qu'est-ce qui vous est arrivé? "Dit-elle." Un chien? Non ! Cela imite l'incrédulité. Des sourires. "Je suis le bébé" de la structure. "J'apporte un peu de jeunesse."

«On m'a prévenu: tant que je ne marche pas, je ne sortirai pas! Ici, il prend soin de moi. Dans le monde extérieur, ce ne sera pas du tout pareil … "

Justin Legrand (Amazone)

Cependant, il y a pas de traitement préférentiel. «On m'a prévenu: tant que je ne marche pas, je ne sortirai pas! Ici, il prend soin de moi. Dans le monde extérieur, ce ne sera pas du tout pareil … "

"À la carte"

"Les objectifs sont fixés", confirme Corinne Lebas, directrice du plateau technique, et même coureur et juge. Mais quand seront-ils atteints? Les temps sont flexibles, en raison de la douleur, de la fatigue, des coups moins bons, de la capacité à absorber la charge de travail… "" Nous croyons à la leçon: le front, la préparation de la libération, le projet de vie ", a déclaré Tewfik Guettouche, directeur de la fondation. Nous parlons au patient. nous l'accompagnons en l'informantΌλα "" Tout est à la carte ", confirme Justine, dont les journées sont rythmées par deux séances de kinésithérapie et deux séances de musculation.
Elle s'appuie sur Mireille et Margaux, ses kinésithérapeutes. et Pascal, son orthopédiste. Sa nouvelle famille.
Quelques jours plus tard, avec une première prothèse, Justine marchait à nouveau entre les barres. Sous l'œil vigilant de Pascal, et son Marie-Amélie Le Fur, la championne Vendôme, dont les affiches couvrent les murs en guise d'encouragement. Un petit pas pour Justine. un grand pas pour son travail …

Pascal Bourzais